Une longue histoire d’amour

Sr. Michele (fr)

Comment parler de ma vocation religieuse en quelques lignes? C’est une tellement longue histoire d’amour qui a commencé déjà dans mon enfance!
Je suis l’aînée d’une famille nombreuse catholique. Je suis née en Belgique, à Bruxelles, à la fin de la 2ème Guerre Mondiale. J’ai bénéficié d’une éducation chrétienne à la maison et dans des écoles catholiques, d’abord au Congo belge  (avant l’indépendance de ce pays où j’ai grandi) et ensuite en Belgique où j’ai obtenu un diplôme d’institutrice primaire.
Notre famille est passée par diverses épreuves lourdes. Ces épreuves m’ont à coup sûr fortifiées et préparées pour l’avenir.
J’ai eu la chance de m’épanouir dans le mouvement de jeunesse des Guides Catholiques (mouvement scout fondé par Baden Powell)… une pierre d’attente pour la vie religieuse en communauté…
A l’école primaire, j’aimais beaucoup le cours d’Histoire Sainte, comme on l’appelait alors, la géographie et les langues… des pierres de fondation aussi…Durant mes études, je me sentais appelée à repartir en Afrique pour enseigner ou soigner. L’occasion s’est présentée à la fin de mes études. A l’âge de 20 ans, en partant au Burundi comme aide laïque missionnaire, au service d’une congrégation qui avait des écoles pour des filles africaines, je vivais loin de toute ville, au milieu de la population autochtone. J’y côtoyais tous les jours la communauté religieuse ouverte que j’aurais aimé rejoindre comme religieuse missionnaire. L’Afrique était importante pour moi. Mais voilà! On dit que: “ Dieu écrit droit avec des lignes courbes, Il nous mène où Il veut par des chemins sinueux”. D’importantes raisons familiales urgentes m’ont fait opter pour un retour en Belgique. Ce fut pour moi une profonde déception. Mais, dans la paix aussi, je me suis réhabituée à mon pays natal. J’ai enseigné avec enthousiasme de longues années  à Bruxelles dans une école consacrée à l’éducation des enfants et adolescents handicapés mentaux, l’école “La Clairière”.
Et ma vocation religieuse dans tout cela? Il fallait lire les signes des temps… Je considérais mon travail d’enseignante et d’éducatrice comme un apostolat. J’étais aussi fort engagée à la paroisse et dans la chorale paroissiale…j’ai fait des stages d’ambulancière de la Croix Rouge en clinique… Je voulais me donner à Dieu en étant au service des autres en attendant un autre signe du Ciel… Et voilà qu’un jour, la directrice d’école me proposa de participer à un congrès d’enseignement spécial à Jérusalem. Je n’ai pas hésité à dire oui! La pédagogie m’intéressait, j’aimais voyager…et découvrir d’autres cultures…le pays de Jésus…et c’est ainsi que j’ai découvert un peu Israël après la Guerre des Six Jours. Je suis revenue enthousiasmée par cette expérience et j’ai commencé à m’attacher à Israël. Autre signe des temps…le Centre National des Vocations organisait un groupe de prière pour des personnes en recherche de vocation. J’en ai fait partie…jusqu’au jour où notre groupe est parti en pèlerinage en Terre Sainte. Nous avons été guidés par une SÅ“ur de ND de Sion d’Eïn Karem. Et c’est alors que de nouvelles portes se sont ouvertes et que tout a changé un peu le cours de ma vie. “Notre-Dame de Sion” deviendrait sans doute un jour ma maison. Des SÅ“urs qui mettent la Bible au centre de leur vie, la vie du peuple d’Israël, la connaissance de l’hébreu, les chants israéliens … la terre d’Israël, le conflit israélo-palestinien…Je n’ai pas tardé à étudier l’hébreu israélien en autodidacte avec beaucoup de joie et d’enthousiasme. Je n’avais peur de rien. Je cherchais à rencontrer d’autres personnes qui avaient les mêmes intérêts que moi, je cherchais à pouvoir partager mon enthousiasme…Alors, je me suis mise en contact avec les SÅ“urs de Sion de Bruxelles. Elles m’ont aussitôt ouvert les portes pour participer aux activités qu’elles organisaient dans le but de mieux connaître le monde juif aux chrétiens. Elles me conseillaient des lectures… J’étais littéralement assoiffée de mieux connaître la Bible et le monde juif, réalisant de plus en plus que je m’abreuvais là aux sources de ma foi chrétienne que j’allais pouvoir approfondir! Ouvrir une place dans ma vie aux relations entre juifs et chrétiens, quel défi! De nombreuses fois, je suis venue en Israël chez les SÅ“urs de Sion …J’ai découvert le pays du nord au sud et d’est en ouest, ouvrant mon expérience à d’autres personnes de mon entourage. Consacrer ma vie au charisme de la congrégation de ND de Sion était devenu mon unique désir. Ma rencontre avec le Père Jacques Maigret et les sessions d’hébreu biblique qu’il organisait en milieu mixte (juif et chrétien) sans compter les sessions d’études juives m’ont beaucoup enrichie ainsi que les émissions juives du dimanche matin à la télévision. Désormais, ma vie avait deux volets: l’enseignement spécial à “La Clairière” et la découverte progressive du monde juif avec l’étude de l’hébreu biblique et moderne, du judaïsme…l’enseignement de l’hébreu biblique…Je sentais un appel à m’immerger beaucoup plus. J’ai réduit mon temps de travail à l’école pour me consacrer plus à ce qui touchait au monde juif dans son ensemble…
Une circonstance familiale imprévue et une nouvelle loi votée par le Ministère de l’Education Nationale m’ont permis de prendre une pause-carrière: un autre signe du Ciel! J’ai choisi de passer alors une année sabbatique en Israël, immergée dans la vie quotidienne israélienne en semaine et proche de la communauté de ND de Sion surtout à Eïn Karem shabbat et dimanche…du volontariat et des études d’hébreu, de judaïsme, de tradition juive…à l’Institut Ratisbonne et à Jérusalem en Vieille Ville.

Mishele

Mishele

Et le cheminement de ma vocation religieuse au milieu de tout cela pendant mon année sabbatique? Elle grandissait, s’approfondissait, passant par des hauts et des bas, jusqu’au 20 janvier 1987…lorsqu’à la fin de l’homélie du Père Marcel Dubois dans la chapelle d’EÏn Karem , tout devint clair pour moi: je fais le pas suivant…je demande à entrer à “Sion”. Enfin, me voilà à destination à 44 ans. Quelle aventure! Grâce à Dieu!
C’est de Jérusalem que j’écris tout ceci, où j’ai été appelée à donner une initiation à l’hébreu biblique et moderne en anglais aux six novices du Noviciat international de ND de Sion à Eïn Karem, ce printemps 2014. Grâce à Dieu encore!
Sr Michèle D.